Le voile de secret entourant l'accord de libre-échange avec la Corée du Sud nuit à l'industrie canadienne

LE VOILE DE SECRET ENTOURANT L’ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE AVEC LA CORÉE DU SUD NUIT À L’INDUSTRIE CANADIENNE

OTTAWA – Après une décennie de négociations secrètes, le gouvernement conservateur a enfin annoncé la conclusion d’un accord commercial avec la Corée du Sud, mais a refusé d’en révéler les détails.

« Le NPD accueille favorablement les opportunités grandissantes en matière de commerce avec la Corée du Sud et l’Asie-Pacifique. Toutefois, les néo-démocrates souhaitent que tout accord commercial conclu avec la Corée du Sud assure un réel accès aux marchés pour les exportateurs canadiens, a déclaré le porte-parole du NPD en matière de commerce international, Don Davies (Vancouver Kingsway). Le gouvernement conservateur a choisi de montrer uniquement ce qui lui convient dans cet accord, tout en ignorant toutes les préoccupations de l’industrie canadienne. Ce n’est pas comme ça que l’on crée une politique commerciale.»

Alors que les États-Unis et l’Europe mettent en place de nouvelles normes de transparence et rendent disponibles aux législateurs et au public les documents issus de ces négociations commerciales, le gouvernement conservateur dort au volant. Il est incapable de négocier des conditions aussi intéressantes que ceux accordés à d’autres pays.

« L’industrie automobile du Canada et le secteur manufacturier ont été tenus dans l’ignorance pendant la totalité des négociations, a affirmé le porte-parole adjoint du NPD en matière de commerce international, Guy Caron (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques). Nous sommes particulièrement préoccupés pour les travailleurs du secteur de l’automobile puisque ce secteur offre 115 000 emplois de qualité à la classe moyenne. »

Le NPD souhaite que tout accord commercial avec la Corée du Sud soit équilibré et qu’il crée de l’emploi. Les néo-démocrates exhortent le gouvernement conservateur à rendre public le texte intégral de l’accord.