L’Est-du-Québec durement touché par les Conservateurs en 2012

RIMOUSKI - L’Est-du-Québec a énormément souffert sous le gouvernement conservateur en 2012 et les dommages seront longs à réparer. C’est le constat établi par le député néo-démocrate de Rimouski—Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron, dans son bilan de l’année.

« Le slogan conservateur lors de la dernière campagne électorale (Nos régions au pouvoir) constitue l’une des plus importantes contradictions de notre époque », estime le député Caron. « La réforme de l’assurance-emploi, les compressions dans les services aux citoyens, les attaques directes contre l’Institut Maurice-Lamontagne et le manque de vision en ce qui a trait aux besoins de régions comme la nôtre minent la vitalité et l’essor du Bas-Saint-Laurent et de l’ensemble de l’Est-du-Québec ».

À ces décisions s’ajoutent la réduction de service de Via Rail, qui résulte de compressions imposées par les Conservateurs, l’inaction de Pêches et Océans Canada en ce qui a trait au brise-lames du Port de Rimouski, et la fermeture toujours annoncée du Centre de recherche et de sauvetage de Québec et le transfert de ses activités à Halifax et Trenton malgré le manque évident de services bilingues et de connaissance des côtes du Saint-Laurent.

Voici les principaux dossiers sur lesquels a travaillé le député Guy Caron en 2012, ainsi qu’un bref état de la situation pour chacun de ceux-ci :

En circonscription - Compressions dans les services gouvernementaux

Les compressions ont été nombreuses dans la fonction publique fédérale. Au nombre des victimes, on compte le comptoir de service à la clientèle de l’Agence de Revenu du Canada ainsi que le service d’administration de subventions et contributions du bureau de Service Canada à Rimouski. Le service de l’intégrité demeurera cependant opérationnel à Rimouski.

Il est toujours prévu que le service de traitement de l’assurance-emploi ferme d’ici août 2014. Dans ce dernier cas, la Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mary Dawson, étudie toujours la plainte déposée par Guy Caron en février dernier à l’endroit du ministre de l’Industrie et député de Mégantic—L’Érable, Christian Paradis au sujet d’un possible conflit d’intérêt lors de ses représentations auprès de la ministre Diane Finley. Le centre de traitement de l’assurance-emploi de Rimouski devait rester ouvert lorsque la fusion des bureaux a été décidée en 2009, mais en 2011, on avait appris que le bureau de Rimouski allait fermer au profit de celui de Thetford-Mines.

Quant à la poursuite pour diffamation intentée par le ministre Paradis contre le député de Rimouski—Neigette—Témiscouata—Les Basques, la date du procès a été fixée au 6 mars 2013. Elle se déroulera à la Cour supérieure de Montréal.

En circonscription – Réforme de l’assurance-emploi

La réforme de l’assurance-emploi de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Finlay, sera mise en œuvre le 6 janvier 2013. Parmi les mesures les plus néfastes pour notre région, figure cette obligation pour tout prestataire de l’assurance-emploi d’accepter un emploi à un revenu représentant 70 % de ses revenus précédents et se situant à une heure de route ou moins, sous peine de perdre ses prestations.

Les prestataires sont également dans l’obligation de soumettre au moins trois demandes d’emploi par semaines. Cette dernière mesure engendre des conséquences que le gouvernement n’avait pas prévues : certains employeurs se voient maintenant forcés d’annoncer publiquement qu’ils n’embauchent pas et certains autres réclament maintenant des frais avant de donner un avis de réception de toute demande d’emploi.

Nous avons toutefois réussi à faire reculer la ministre Finlay sur un aspect de la réforme qui affectait les prestataires travaillant à temps partiel, c’est-à-dire une plus grande retenue des prestations pour les chômeurs occupant un emploi à temps partiel (équivalant à 50% du revenu de travail gagné). Ces prestataires pourront, en janvier, opter pour les anciennes dispositions, moins punitives.

En circonscription – Recherche scientifique

Comme tous les autres centres scientifiques au Québec et au Canada, l’Institut Maurice-Lamontagne a été durement touché par les décisions du gouvernement conservateur. Après la fermeture annoncée du laboratoire d’écotoxicologie et de la mise à pied de chercheurs de la division de la protection de l'habitat du poisson, l’annonce de la fermeture de la bibliothèque de l’Institut est un autre dur coup pour ce fleuron régional.

Il s’agit d’une décision d’autant plus incompréhensible que cette bibliothèque est la seule de langue française à Pêches et Océans Canada, qu’elle dessert non seulement l’IML, mais aussi de nombreuses organisations régionales et que seulement 3 % des documents sont numérisés alors qu’aucun budget n’est prévu pour compléter la numérisation. Les documents, qui seront à Dartmouth en Nouvelle-Écosse, deviendront donc inaccessibles aux chercheurs d’ici.

En circonscription – Redécoupage des circonscriptions électorales fédérales

La mobilisation du milieu a été extraordinaire en opposition de la proposition de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour le Québec d’éliminer une circonscription dans l’Est-du-Québec, les faisant passer de quatre à trois. Les députés de l’Est-du-Québec ont mis de côté la partisanerie pour défendre le poids politique et l’efficacité de la représentation des députés de la région.

Nous sommes présentement en attente du rapport de la Commission qui doit être déposé d’ici le vendredi 21 décembre 2012.

En circonscription – Brise-lames du port de Rimouski

Après un appel-conférence impliquant des représentants de Pêches et Océans Canada, du Programme de ports pour petits bateaux et du bureau du ministre Keith Ashfield en juin dernier où Guy Caron a pu soumettre un argumentaire étoffé préparé en collaboration avec la SOPER, la réponse du ministère à cet argumentaire se fait toujours attendre.

L’appel-conférence a cependant permis de connaître trois importants éléments d’information:

-          le ministère des Pêches et Océans a grandement sous-estimé l’impact économique du Port pour la région ;

-          Le ministère évalue le coût du projet à $ 3 millions ;

-          Les projets de ports de plus de $1 million sont considérés comme spéciaux et sont évalués en marge du Programme de ports pour petits bateaux. Cependant, il nous a été impossible de savoir comment ce dernier processus fonctionne et quels ports en ont bénéficié et des demandes en vertu de la Loi sur l’accès à l’information ont été soumises et en attente d’une réponse.

En circonscription – Via Rail

Après avoir subi des compressions de 9 % dans le budget 2012, Via Rail a décidé de réduire de moitié le nombre de déplacements hebdomadaires du trajet Océan, reliant Montréal à Halifax et de les lier au trajet Chaleur vers Gaspé. Par conséquent, le nombre de trains de passagers passant par Rimouski est passé de six à trois par semaine.

Le député fédéral est aussi préoccupé par la volonté annoncée par le CN de fermer le tronçon de la voie ferrée entre Bathurst et Moncton à moins qu’un acheteur ne l’acquière d’ici mars 2014. Cela signifierait que la séparation du train entre les lignes Chaleur et Océan se ferait à Saint-André-de-Kamouraska plutôt qu’à Matapédia ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la viabilité de la ligne Océan qui serait dorénavant la seule passant à Rimouski.

En circonscription – Phare de Pointe-au-Père

Rare bonne nouvelle pour 2012, la Corporation du Site historique maritime de la Pointe-au-Père reprendra dès l'an prochain la gestion du phare que le gouvernement fédéral lui avait retiré en juin. Il y aura légère diminution des services, mais la durée de la saison sera de la mi-juin à septembre. Guy Caron, qui était intervenu en Chambre sur cette question, salue la persévérance du directeur général de la Corporation, Serge Guay, dans ce dossier.

Sur la colline parlementaire

Porte-parole adjoint de l’Opposition officielle en matière de Finances depuis septembre, Guy Caron siège au Comité des Finances où il a été au cœur de l’action dans l’étude des projets de loi mammouth C-38 et C-45, des mesures opaques qui ont permis au gouvernement conservateur de faire adopter, amender ou révoquer plus de 130 lois différentes avec seulement deux votes (les longues séances de vote au Parlement concernaient les tentatives infructueuses d’amender ces deux lois).

Pour 2013

L’ensemble des dossiers abordés ci-dessus font évidemment partie des priorités du député de Rimouski—Neigette—Témiscouata—Les Basques. Mais Guy Caron compte bien également poursuivre son travail en ce qui a trait à l’accès à la téléphonie cellulaire dans le Témiscouata et les Basques et la protection du régime de gestion de l’offre qui est dans le collimateur de partenaires commerciaux potentiels du Canada.

Le député Caron veut également obtenir en 2013 une vision d’ensemble des répercussions économiques, sociales et environnementales de toutes les mesures adoptées et mise en œuvre par les Conservateurs depuis la dernière élection sur l’Est-du-Québec. Il désire enfin que la Table de concertation des députés du Bas-Saint-Laurent se réunisse de nouveau. À la première rencontre de la Table en février 2012 organisée conjointement par Guy Caron et Irvin Pelletier, il avait été convenu que la deuxième rencontre aurait lieu à Mont-Joli, sous la responsabilité des députés de l’endroit.