Prorogation du Parlement : Stephen Harper se moque encore de la démocratie

Thomas Mulcair condamne la décision du gouvernement conservateur de paralyser le Parlement

La décision du premier ministre Stephen Harper de proroger une fois de plus les travaux parlementaires confirme ce que le NPD dit depuis des mois : le gouvernement conservateur n’a pas le courage de répondre de ses gestes crapuleux et saborde le Parlement.

Après n’avoir daigné se présenter en Chambre que cinq fois lors des cinq dernières semaines de session parlementaire, voilà que le Premier Ministre ferme le Parlement afin de fuir ses responsabilités.

 « Les gens ne sont pas dupes. Ils savent très bien ce qui se cache derrière cette manœuvre : une décision désespérée d’un gouvernement usé à la corde et pris dans les scandales.  Stephen Harper refuse de répondre aux questions légitimes de la population  », a martelé le chef de l’Opposition officielle, Thomas Mulcair.

 Le chef du NPD ajoute que le Parlement est le seul endroit où les élus conservateurs doivent répondre directement de leurs faits et gestes, notamment sur les dépenses inappropriées des sénateurs, sur le chèque de 90 000 $ remis à Mike Duffy par le chef de cabinet de Stephen Harper et sur le rôle du bureau du Premier Ministre.

 « Stephen Harper proroge les travaux de la Chambre des communes pour la quatrième fois parce qu’il a peur de répondre à nos questions sur le scandale du Sénat dans lequel lui et son entourage sont empêtrés jusqu’au cou.  Mettre le cadenas sur la porte du Parlement ne réussira pas à nous faire taire. Ce gouvernement a des comptes à rendre et nous allons le talonner jusqu’au bout», a conclu M. Mulcair.