Réduction de la fréquence du train Montréal-Halifax: le NPD craint pour la viabilité du service

RÉDUCTION DE LA FRÉQUENCE DU TRAIN MONTRÉAL-HALIFAX: LE NPD CRAINT POUR LA VIABILITÉ DU SERVICE

 

OTTAWA – Le NPD craint que les compressions annoncées à Via Rail entraînent une réduction de la fréquence dans l’important corridor ferroviaire Montréal-Halifax, qui pourrait passer de six à trois passages par semaine, ont indiqué cet après-midi des députés de l’opposition officielle.

 

Même si Via Rail refuse de confirmer pour le moment quels tronçons seront touchés par les coupes de budget, des informations font craindre que le trajet Montréal-Halifax soit ciblé et que le service soit réduit de moitié. «Je suis inquiet pour l’impact économique que cette décision aurait sur nos communautés, a affirmé le député Philip Toone (Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine). En ces temps incertains, il est primordial de solidifier notre développement économique et une diminution de services ne fera rien pour améliorer les choses.»

 

«On risque d’engendrer un cercle vicieux, craint le député Guy Caron (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques). S’il y a moins de passages, il y aura aussi moins de gens qui prendront le train et ce, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de train du tout.»

 

«Le train Montréal-Halifax est le plus ancien train de passagers aux pays. Renoncer à desservir ce trajet, c’est renier une partie de notre histoire. C’est aussi aller à l’encontre du développement durable. En fait, c’est exactement le contraire que l’on devrait faire. C’est augmenter et améliorer le service de transport en commun afin que les gens l’utilisent davantage et que ça devienne une vraie alternative à la voiture», a conclu pour sa part le député François Lapointe (Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup).

 

-30-