L’heure des bilans pour le député Guy Caron

OTTAWA – Avec la fin des travaux de la Chambre des communes jeudi dernier, le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron, se prépare maintenant pour le dernier droit devant mener vers la prochaine élection fédérale, prévue le 21 octobre. Il se dit confiant de pouvoir de nouveau mériter la confiance des citoyen-nes de la circonscription pour un troisième mandat.

 

Défense des intérêts de la région

Au cours des quatre dernières années, le député Caron a continué ses efforts pour défendre les intérêts de la région à Ottawa. Il est monté au front sur plusieurs dossiers, notamment dans celui de la gestion de l’offre.

« Ça fait plus de cinq ans que Conservateurs et Libéraux s’engagent à compenser les producteurs laitiers en raison des pertes que leur ont causé les ententes commerciales. Ceux-ci n’ont toujours pas vu la couleur de cet argent, malgré les promesses qui s’empilent. Ça suffit! »

Il a également talonné le gouvernement libéral sur le trou noir de l’assurance-emploi, qui continue d'affecter le Bas-Saint-Laurent de manière disproportionnée, sur l’assurance-récolte due aux agriculteurs victimes des sécheresses des deux derniers étés, et sur l’immobilisme du gouvernement fédéral dans la couverture déficiente du cellulaire en région, entre autres dossiers d’importance.

La dernière année lui a permis de voir se conclure plus de sept ans d’efforts dans le dossier du brise-lame du Port de Rimouski. Le député néo-démocrate avait ouvert la porte à des négociations entre la Ville de Rimouski, initialement réfractaire à une rétrocession, et Pêches et Océans Canada, qui refusait d’investir dans le brise-lame et la mise à niveau des installations.

« Les arguments économiques et sécuritaires, pourtant valides, ne fonctionnaient pas. Il fallait essayer autre chose. Pêches et Océans voulait se débarrasser de la marina, mais sans y mettre les sommes requises pour la mise à niveau. Rimouski voulait une mise à niveau des installations, mais sans en prendre possession. Les deux parties ont trouvé leur intérêt dans un compromis ».

 M. Caron continue de surveiller la mise à niveau des installations de Transports Canada, la jetée ouest, promise par le gouvernement fédéral, et la rétrocession annoncée au gouvernement du Québec.

Travail parlementaire

Le vote de non-confiance des délégués néo-démocrates envers le chef Thomas Mulcair en avril 2016 a permis à M. Caron de se distinguer sur la scène pan-canadienne pendant les quatre dernières années, d’abord comme candidat à la chefferie du Nouveau Parti démocratique en 2017, puis à titre de chef parlementaire du NDP d’octobre 2017 à février 2019, un rôle qui lui a permis de questionner quotidiennement le Premier ministre Justin Trudeau (http://www.cpac.ca/fr/programs/periode-des-questions/episodes/52786201, à compter de 6 min 45).

Guy Caron a aussi déposé le projet de loi C-274, qui visait à corriger l’iniquité fiscale à laquelle font face les propriétaires de PME et de fermes familiales qui désirent transférer l’entreprise à leurs enfants. Actuellement, ceux-ci doivent payer plus d’impôts que s’ils vendaient l’entreprise à des étrangers.

 « Les libéraux ont malheureusement voté contre ce projet de loi. Le ministre des Finances leur avait promis de présenter des mesures correctrices dans un budget, mais il a renié cette promesse. Pendant ce temps, des milliers de propriétaires de PME et de fermes familiales vivent dans l’insécurité par rapport à leur succession ».

 Guy Caron a également déposé en juin 2019, le projet de loi C-459 qui vise à limiter les pénalités que payent actuellement les gens qui doivent rembourser leur hypothèque de manière anticipée. S’il n’a pas été débattu, le député compte bien s’assurer qu’il soit déposé lors du prochain Parlement.

 « Il y a des familles qui vivent un divorce ou une autre situation très difficile et qui doivent payer des milliers de dollars de pénalité parce qu’elles doivent rembourser leur hypothèque plus rapidement. Mon projet de loi permettrait de corriger cette situation » explique le député.

 Guy Caron est officiellement candidat pour l’élection de 2019 et il est prêt à défendre son bilan.

 « Je suis très fier d’avoir défendu les intérêts de notre circonscription au cours des huit dernières années. Il est primordial d’avoir un député qui ose agir, et qui ne se limite pas simplement à agir comme haut-parleur pour le gouvernement dans la circonscription », conclut-il.